Information et le renseignement maritimes: Plusieurs responsables des services de renseignements des Etats du Golfe de Guinée se forment

Cette formation a permis de doter les participants de plus de techniques en matière d’informations et de renseignements maritimes. (DR)
Cette formation a permis de doter les participants de plus de techniques en matière d’informations et de renseignements maritimes. (DR)
Cette formation a permis de doter les participants de plus de techniques en matière d’informations et de renseignements maritimes. (DR)

Information et le renseignement maritimes: Plusieurs responsables des services de renseignements des Etats du Golfe de Guinée se forment

Le 22/02/21 à 15:04
modifié 22/02/21 à 15:04
Un séminaire de renforcement de capacités a été organisé du 16 au 19 Février, à l’académie régionale des Sciences et technique de la mer, dans la commune de Yopougon.
« L’Information et le Renseignement maritimes ». C’est le thème central d’un séminaire de renforcement de capacités qui s’est tenu du 16 au 19 février, dans les locaux de l’Académie régionale des sciences et techniques de la mer (Arstm).

Initiée par l’Institut de sécurité maritime interrégional (Ismi), en partenariat avec la coopération française, cette formation a enregistré une vingtaine de participants issus des structures et services en charge de la collecte, de l’analyse et du traitement du renseignement de 12 Etats du Golfe de Guinée. A savoir, Bénin, Cameroun, Côte d’Ivoire, Gabon, Ghana, Guinée, Mauritanie, Nigeria, Congo, République démocratique du Congo, Sénégal, Togo.

A la cérémonie d’ouverture, le directeur d'Ismi, Commandant Abé Aké Lazare, a indiqué que ce séminaire obéit aux résolutions du Sommet de Yaoundé, qui ont mis l’accent, certes, sur la formation et la coordination des interventions, mais aussi sur le partage des informations et du renseignement.

« Les derniers séminaires organisés par l’Ismi sur des thématiques variées (piraterie, narcotrafic, pêche INN) ont identifié de cruciaux besoins en matière d’information et de renseignements opérationnels maritimes. Car les nouvelles menaces auxquelles font face nos Etats, sont diffuses partout et nulle part à la fois, difficiles à cerner et à cibler. Les experts parlent de plus en plus de guerre asymétrique », a-t-il soutenu. C’est pourquoi il estime que l’organisation de ce séminaire vient à point nommé.

Un des participants recevant son attestation à l'issue du séminaire. (DR)
Un des participants recevant son attestation à l'issue du séminaire. (DR)



Pour sa part, l’administrateur en chef des Affaires maritimes, Guillaume Turquet de Beauregard, coordonnateur régional du projet « Action de l’Etat en mer », de la coopération française, a souligné que le Golfe de Guinée présente de forts enjeux. Non seulement pour les économies africaines, mais également pour les économies asiatiques et européennes.

« Le Golfe de Guinée est devenu l’épicentre de la piraterie dans le monde. Selon le Bureau maritime international, 95% des enlèvements en mer dans le monde se déroulent dans le golfe de Guinée. On estime que 60% des espèces pêchées dans le Golfe de Guinée le sont illégalement. Les pertes sont évidemment colossales pour les Etats riverains. Toutes sortes de trafics transitent par le Golfe de Guinée », a-t-il dénoncé.

Pour lutter efficacement contre ces phénomènes préoccupants dans le Golfe de Guinée, il est nécessaire, selon lui, de disposer de savoir-faire technique, propre à chaque domaine et d’informations fiables. « Ce séminaire constituera une plateforme de discussion pour identifier au sein des Etats participants, les forces et faiblesses de chacun et pour créer les contacts qui pourront s’avérer utile pour plus tard », a-t-il poursuivi.



Le 22/02/21 à 15:04
modifié 22/02/21 à 15:04

LES + POPULAIRES

Opérationnalisation du système Lmd: L’espace numérique et le studio Mooc de l’université de Daloa livrés Santé : Le maire de Cocody offre une ambulance médicalisée à Akouédo-village Action sociale/Bakayoko-Ly Ramata aux personnes en situation de handicap : « Votre potentiel compte dans le développement de la Côte d’Ivoire ! »